Librairie Allemande

Librairie Allemande

You can scroll the shelf using and keys

Évènements

Les évènements dans la Librairie Allemande:

 

Mercredi 17 mai 2017 à 19h30

Lecture/Rencontre littéraire (en allemand) avec Joseph Hanimann “Der Unzeitgenosse” – Charles Péguy (Edition Akzente – Hanser Verlag)

Prix de billet: 7.- Euro, Etudiant 5.- Euro – Location des billets à partir mercredi 3 mai 2017 (attention – le nombre de places étant limité à 20!)

Lesung - Plakat Charles Péguy

Il a irrité, et fasciné par ses revendications. Qui fut Charles Péguy ?

Il arrive de la province à Paris, et y restera toujours un marginal. En tant que poète et philosophe, Charles Péguy a su s’entourer d’une communauté d’adeptes, qui en ses jeunes années influença différentes personnalités telle que Gilles Deleuze, Alain Finkielkraut, Bruno Latour et Thomas Bernhard. À eux tous, s’imposa la grande indépendance intellectuelle de Charles Péguy. Dans toute son œuvre et sa propre revue Charles Péguy est apparu comme un critique radical de la modernité, portant un regard bien plus profondément radical sur les circonstances de cette modernité que ses partisans. A travers la pensée de Charles Péguy nous apprenons à penser sans prendre en considération. Dans un essai biographique, Joseph Hanimann fait le portrait de cet intellectuel hors du commun, qu’il est temps de le redécouvrir aujourd’hui !

 

Hanimann Joseph (C) Enguerrand

Hanimann Joseph (C) Enguerrand

Joseph Hanimann est né à Coir en Suisse, est journaliste culturel et essayiste à Paris. Il a été correspondant pour le Frankfurter Allgemeinen Zeitung et l’est aujourd’hui pour le Süddeutsche Zeitung. Il obtient en 2011 le prix berlinois de la culture. Chez l’éditeur allemand Hanser est paru en 1999 Vom Schweren, et il publie en 2013 une biographie, Antoine de Saint-Exupéry, un globe-trotter mélancolique.

 

 

 

Vendredi 28 avril 2017 à 19h30

Madame, Monsieur,

la Librairie Allemande et le DAAD Paris vous invitent à la troisième édition du « duo littéraire ».

L’évènement aura lieu le vendredi, 27 avril 2017 à 19h30 à la Librairie Allemande à Paris (5 Rue Frédéric Sauton).

Les lectrices Dr. Antje Dohrn (Bordeaux) et Malaika Schumacher (Paris) nous présenteront des œuvres de l’écrivain suisse Martin Suter et de l’écrivaine allemande Juli Zeh, et en particulier deux romans “Un ami parfait” de Martin Suter et “Décompression” de Juli Zeh. Vous aurez l’occasion de poursuivre l’échange autour d’un verre à l’issu de la lecture.

IMG_5717

Nous vous invitons à vous inscrire jusqu’au 25 avril 2017, en envoyant un mail à DAAD (service-paris1@daad.de).
Veuillez noter que le nombre de places est limité à 20 personnes, et que nous ne pourrons pas prendre en compte les inscriptions au-delà de cette limite.

Au plaisir de vous y voir nombreux.

 

 

 

Vendredi 2 décembre 2016 à 19h30

 

img_4919

La lecture lié avec le vernissage commence le 2 décembre 2016 à 19h30.

L’exposition dure du 2 décembre à 10 décembre 2016 inclus.

 

 

 

 

 

 

Vendredi 23 septembre 2016 à 19h30

Lecture (en allemand) avec Andrea Weisbrod « Tote Väter » (Gmeiner Verlag)

Prix de billet: 7.- Euro, Etudiant 5.- Euro – Location des billets à partir vendredi 9 septembre 2016 (le nombre de places étant limité à 20!)

IMG_4769

Des soldats traumatisés, un lourd secret de famille, des pères meurtriers et un mort dans un hôtel – lorsque l’historienne Teresa Kern tombe par hasard sur un homme mourant, Karl Stein, le père de ses meilleurs amis d’enfance, elle entame un voyage inquiétant dans son propre passé.

Suivez le voyage meurtrier de l’écrivaine Andrea Weisbrod à la Librairie Allemande Paris!

 

 

 

 

 

 

Vendredi 24 juin 2016 à 19h30

Madame, Monsieur,

la Librairie Allemande et le DAAD Paris vous invitent à la deuxième édition du « duo littéraire ».

L’évènement aura lieu le vendredi, 24 juin 2016 à 19h30 à la Librairie Allemande à Paris (5 Rue Frédéric Sauton).

Les lectrices Dr. Antje Dohrn (Bordeaux) et Malaika Schumacher (Paris) nous présenteront l’œuvre de l’écrivain germano-autrichien Daniel Kehlmann, et en particulier ses deux romans “Gloire” (all. Ruhm) et “Les Friedlands” (all. F). Vous aurez l’occasion de poursuivre l’échange autour d’un verre à l’issu de la lecture.

IMG_4305

Nous vous invitons à vous inscrire jusqu’au 17 juin, en envoyant un mail à Janine Wenk (wenk@daad.de).
Veuillez noter que le nombre de places est limité à 20 personnes, et que nous ne pourrons pas prendre en compte les inscriptions au-delà de cette limite.

Au plaisir de vous y voir nombreux.

 

 

 

 

 

 

Vendredi 27 mai 2016 à 19h30

Lecture (en allemand) avec Erika Tophoven « Godot hintern Gittern » (Verbrecher Verlag Berlin)

Prix de billet: 7.- Euro – Location des billets à partir mardi 17 mai 2016 (le nombre de places étant limité à 20!)

IMG_4209

Karl Franz Lembke avait plusieurs visages. Pour les uns, qui firent sa connaissance, il était le docteur Jesaistout, à l’aise en politique, médecine, élevage de chevaux et dans tous les domaines où il était avantageux de s’y connaître ; pour d’autres, à d’autres époques, il fut un taulard qui force la pitié, tout en lui reconnaissant, dans ce cas comme dans l’autre, des capacités bien au-dessus de la moyenne.

KFL savait en faire bon usage à ses fins – en Allemagne tout comme en France. Encore jeune mais avec un casier déjà bien rempli, il quitte son pays natal en se mêlant aux flots des émigrés et arrive à Paris, où son charme et ses talents de séducteur lui ouvrent la porte des cercles du pouvoir. Il va y duper généraux et fonctionnaires avant de fuir dans le Sud au déclenchement des hostilités, où ses supercheries lui permettront de se tirer des griffes de l’occupant.

Après la guerre, le voilà qui vagabonde à travers l’Allemagne de l’Ouest, envoûte les femmes avec ses affabulations et se forge sans cesse de nouvelles identités. Il finit en prison, où il s’arrange pour mettre en scène une version allemande de « En attendant Godot », dans une traduction de son cru, ce qui l’amène à un échange épistolaire poignant avec l’auteur dramatique Samuel Beckett. Remis en liberté, il ne cessera ensuite de donner de l’ouvrage à la justice française et allemande, pendant des décennies.

Erika Tophoven, dont le mari a été directement partie prenante de cette affaire, recompose le puzzle palpitant de ce personnage à la Beckett. A l’appui de nombreux documents contemporains inédits, elle parvient également à dresser un tableau inhabituel des conditions de vie du siècle dernier, des deux côtés du Rhin.

DSC04359

Erika Tophoven-Schöningh, née à Dessau en Allemagne, a traduit de l’anglais et du français, quarante années durant, en partie avec son mari Elmar Tophoven, des romans, drames, radiodrames, notamment les œuvres de Samuel Beckett et de Nathalie Sarraute. Elle s’intéresse tout particulièrement aux rapports que Samuel Beckett entretenait avec l’Allemagne, ce dont témoigne les publications « Alles kommt auf so viel an » (2003), ainsi que les ouvrages « Becketts berlin » (2005) et « Glückliche Jahre – Übersetzerleben in Paris » (2011).

 

 

 

Jeudi 12 mai 2016 à 19h30

Lecture musicale (en allemand) avec Michael Stührenberg « Das Dorf in Deinem Kopf » (Gollenstein Verlag)

Prix de billet: 7.- Euro – Location des billets à partir mardi 3 mai 2016 (le nombre de places étant limité à 20!)

Grand reporter et auteur de plusieurs livre, Michael Stührenberg lira en entier son reportage Le village des Indiens du baroque. Il s’agit d’Urubichá, un hameau perdu dans la partie amazonienne de la Bolivie. Ses habitants, 4500 Indiens de la tribu des Guarayo, vivent dans des huttes sans électricité ni eau courante. En revanche ils disposent d’une orchestre philharmonique complet qui interprète à merveille Bach, Telemann et Vivaldi. Voilà l’héritage d’un groupe de pères jésuites qui, en l’an 1691, partirent dans le bush du Nuevo mundo afin de convertir les « sauvages » à l’aide de musique sacrale, c’est à dire celle du baroque européen.

Michael Stührenberg vit depuis plus 30 ans à Paris ans où il contribue à des publications très diverses dont Paris Match, Le Figaro Magazine, Le Monde diplomatique et Géo. Les lecteurs de langue allemande le connaissent avant tout comme le « reporter GEO » – ce magazine pour lequel il a en effet voyagé dans le monde entier et qui a publié plus d’une centaine de ses reportages.

IMG_4027

Dans son dernier livre « Das Dorf in Deinem Kopf » (publié aux éditions Gollenstein et exclusivement en allemand), l’auteur reprend une dizaine de ces grands reportages pour les présenter sous un autre angle. Car ce sont des « histoires de villages » ramenées des quatre coins de la planète : du cœur du Sahara, des jungles de la Colombie et du Laos, d’îles minuscules perdues dans le Pacifique, la mer des Caraïbes ou le lac Tchad, si ce n’est des pygmées de la forêt du Congo ou de ces « Indiens du baroque » rencontrés dans le bush bolivien.

L’auteur, lui-même originaire d’un petit village en Allemagne, dédie ces reportages à ses trois enfants qu’il entraîne aussi dans un échange de lettres passionnées sur le thème : « villageois dans un monde urbanisé ».

La lecture dans la Librairie allemande sera accompagnée par la clarinette de Steve Zade.

 

 

Vendredi 5 février 2016 à 19h30 

Lecture (en allemand) avec Safia Monney « Am Ende ist noch längst nicht Schluss » (rororo Verlag)

Prix de billet: 7.- Euro – Location des billets à partir mercredi 20 janvier 2016 (le nombre de places étant limité à 20!)

L’auteure franco-allemande Safia Monney est née en 1979 à Saarbrücken. Elle étudie le théâtre au conservatoire de la ville de Vienne et l’art de la communication à l’Université Ludwig Maximilian de Munich. Elle a notamment travaillé comme comédienne, au Kammerspiel de Munich, et dans divers téléfilms et films allemands. Elle a participé à des lectures littéraires et des enregistrements de pièces radiophoniques. Safia Monney vit désormais depuis 2008 à Paris.

produktabbildung

Et à la fin c’est encore loin d’être terminé.

On est aussi vieux que l’on se conduit. Vieillir ? Non merci ! C’est ce que Ralph et ses amis Roy et Gonzo se sont jurés il y a plus de quarante ans. Plutôt abandonner volontairement ensemble à 50 ans, ou au plus tard 60 ans.
Mais Ralph qui a déjà 70 ans, vit désormais plutôt mal que bien entre sa collection de vinyles et sa plante d’intérieur, se raccrochant coûte que coûte au bon vieux temps. C’est alors qu’il décide de retrouver ses bons vieux amis, afin de réaliser pour de bon avec eux leur souhait d’autrefois. Mais avant toute chose il « libère» de sa maison de retraite le vieux Piet et son fauteuil roulant car lui seul a l’argent de poche nécessaire à ce voyage qui les mènera d’abord à Paris…

Quatre hommes, une vieille Golf toute brinquebalante et quelques vieux disques pourris, en route pour le voyage de leur vie !

 

 

 

 

 

 

Mardi 10 novembre 2015 à 19h30

Chers amis du DAAD,

Nous sommes très heureux de pouvoir vous convier à la première édition d’une série de manifestations littéraires, les “Duos littéraires” (Literarisches Duett) que nous organiserons dans les prochains mois en partenariat avec la Librairie allemande qui a ouvert ses portes il y a quelques mois à Paris.

Lors de ces manifestations, un duo de lecteurs s’associe, le temps d’une soirée, afin de présenter et de lire des extraits, en français et en allemand, d’un auteur allemand contemporain qu’ils aiment et souhaitent mettre en avant auprès du public français.

Le premier “Duo littéraire” aura lieu :

le mardi 10 novembre à 19h30
à la Librairie allemande, 5 rue Frédéric Sauton, 75005 Paris
http://librairieallemande.com/.

Les lectrices Anne Seitz (EHESS) et Elisa Unkroth (Université de Lorraine) y présenteront des ouvrages de Wolfgang Herrndorf, connu en France pour ses deux romans, Good Bye Berlin (Tschick) und Sable (Sand).

Le nombre de places étant limité à 20, nous vous prions de bien vouloir confirmer votre présence d’ici le vendredi 6 novembre, auprès de Peggy Rolland, p.rolland@daad.de et de bien vouloir nous avertir d’un désistement afin que les éventuelles personnes sur liste d’attente puissent en bénéficier.

 

Vendredi 9 octobre 2015 à 19h30

Lecture (en allemand) avec Julie Mebes « Der Himmel neben dem Louvre – Zum Glück in Paris » (dtv éditeur)

Prix de billet: 7.- Euro

IMG_3271

 

Recension de la lecture de Michel Richard (Association Franco-Allemande des Fonctionnaires Parlementaires):

DER HIMMEL NEBEN DEM LOUVRE : ERSTE LESUNG IN DER DEUTSCHEN BUCHHANDLUNG

JULIE MEBES Der Himmel neben dem Louvre- Zum Glück in Paris dtv premium 2015

Première invitée de la Librairie Allemande le 9 octobre dernier, Julie Mebes nous a offert un long moment de grâce en lisant, sans traîner, plusieurs de ses 38 portraits au quotidien de la Ville-Lumière.

Portraits mi- réalistes , mi- poétiques, brossés par une diplomate polyglotte, née en Allemagne en 1966 et ayant acquis la nationalité néerlandaise, ce qui lui a valu d’exercer de hautes responsabilités notamment auprès de l’UNESCO.

Il aurait fallu être totalement bilingue pour goûter d’emblée toute la légèreté du style, la finesse des observations, l’originalité de la démarche.

Retour au livre donc.

220 pages conçues comme une déambulation vagabonde dans une ville, notre capitale, dont l’auteure s’est éprise comme on peut tomber amoureux d’une personne physique.

Fascination qui n’entraîne pas cependant de sidération, comme chez Stendhal littéralement tétanisé par la beauté de Florence.

Fascination qui n’exclut pas un regard lucide, un peu à la manière d’un Heinrich Heine révélant la face cachée de la grande ville : personnes âgées isolées, précarité, pauvreté, mendicité…

Links, rechts, rechts, links, d’un pas alerte et léger Julie Mebes nous entraîne avec elle. Telle une guide conférencière chevronnée , elle nous fait découvrir « son » Paris en partant du Louvre, son arrondissement de prédilection.

A la manière d’un Robert Doisneau , elle n’a pas sa pareille pour photographier au vol nos façons d’être ou de parler. Elle saisit mille expressions de notre vie courante : »C’est pas vrai ! » « Ah mais non, c’est charmant, votre accent ! » « C’est sur place ou à emporter ? » « Oh mais non , on ne trie pas ici ! » »On verra » « Oh la chaleur ! C’est trop , j’en peux plus ! » « Il n’y pas de souci ! » »Qu’est-ce qui vous fera plaisir ? ».

Autant d’expressions familières traduites avec fluidité.

De mémoire, dans un registre certes différent, Woody Allen avec son film « Midnight in Paris » n’avait guère fait mieux.

Cette série de chroniques du temps présent sera-t-elle suivie d’autres écrits ?

L’auteure n’a pas été interrogée à ce sujet.

A chaque jour suffit sa joie……